Encore la rentrée

Publié le par Jim

Je vois que la rentrée ne laisse personne indifférent, même si, à l'âge adulte, ce moment bien précis de l'année perd un peu de ce sens qu'on lui donnait enfant.
Le mois de septembre n'a plus cette odeur caractéristique des salles de classes briquées à la javel et des protège-cahiers en plastique !
Je crois sincèrement que la rentrée, ce sentiment de plongeon dans l'inconnu ne se reproduit pas en tant que tel dans nos vies d'adultes bien trop calées sur des rails. Peut-être certains moments de nos vies s'approchent de cette sensation là : lors d'un changement de situation, de boulot, de ville, de situation familiale...
Mais depuis quelques années, depuis le 11 septembre 2001 très exactement, le mois de septembre a violemment repris sa position de mois mortifère pour les êtres humains.
C'est la réflexion que je me faisais l'autre soir en regardant, sur  TF1 (une fois n'est pas coutume), le reportage de ces deux français sur les attentats du World Trade Center.
Ce fut à nouveau comme un traumatisme. Pas simplement parce que l'on revoit pour la éniéme fois l'image des tours en feu, mais parce que ce reportage nous donne à vivre la catastrophe de l'intérieur.
Dire que notre monde a changé après le 11 septembre 2001, n'est pas exagéré.
Le 11 septembre 2001, les Etats-Unis ont vécu une production Hollywoodienne pour de vrai. Les pires scénarii catastrophes n'avaient jamais -pas même La Tour Infernale- osé imaginer telle mise en scène. Mais les avions se sont bien crachés contre les tours, les caméras étaient là, j'ai tout vu, même de l'intérieur, avec les pompiers, sous les cris, le bruit de l'impact des corps sur les toits, sous les débris et les feuilles de papier virevoltantes que tenaient, il y a quelques minutes encore, des yuppies dans leurs beaux bureaux vitrés.
Dans un monde où ce genre de chose peut se passer en direct-live sur nos écrans, traumatisant à jamais nos rétines qu'on croyait pourtant blasées, le mois de septembre aura plus que jamais le goût d'une fin d'ère, comme la fin de l'insouciance, comme la fin des vacances après de longues semaines passées loin de tout, de la ville et des contraintes d'un emploi du temps trop chargé.

Commenter cet article

buzenval 13/09/2006 08:17

J'ai regardé un reportage sur M6. Il parle de ce jour où les gens se jettent par la fenêtre. Dans un pays comme USA, l'opinion public a du mal à dire que "les gens se suicident" et il préfère dire que ce sont les gens tombés à cause de l'explosion... La vérité est parfois difficile dêtre avalée...

patrick 13/09/2006 06:17

Cette réalité du 11.9 semble aujourd'hui encore incroyable comme le demeure Auschwitz. Je crois qu'aucune réalité, ni photo, ni reportage, rien sauf peut-être le talent d'un artiste, ne peuvent rendre l'horreur.

Jim 13/09/2006 11:58

Très juste comparaison avec les camps d'extermination...

Henri-Pierre 12/09/2006 17:24

A Charmes les prémisses automnales ont toujours la même saveur.
J'ai zappé la télé pour éviter la gueule contite et idiote de Bush.

Jim 12/09/2006 17:30

L'automne à Charmes doit être tellement beau !La soirée TF1 nous a évité la gueule enfariné et idiote du père Bush... incroyable mais vrai, à peine entend-on sa voix lors d'un communiqué à la radio !