Conques

Publié le par Jim

Notre passage en Aveyron a été l'occasion de visiter une "petite chose" perdue au fond d'une vallée. Un endroit où "il n'y a rien à voir" et où, pourtant, BYB et moi avons trouvé beaucoup. Conques.


La journée, il faut bien l'avouer, était idéale pour s'aventurer au fond de cette petite vallée.
Soleil radieux et couleurs chatoyantes, nettes, limpides, pas de brumes parasites.

Le petit village qui nous accueille a beaucoup de caractère. Maisons en pierre de taille, colombages pour certaines. Rues sinueuses s'enfonçant par des méandres bien tentant.

L'abbatiale est bien là, romane, brûlant de mille feux sous le soleil de novembre !


Il faut entrer dans l'immense église pour se rendre compte des dimensions imposantes de l'édifice. Pur, tout y est aérien. On est, comme happé, par les voutes et la lumière "céleste" qui règne ici. Les vitraux de Soulage distillent une lumière blanche, douce et pourtant franche. Lignes et courbes transversales simples traversent les baies. Pur, simple. Parfaitement adpatés au lieu.

Conques dissimule bien d'autres surprises. Un cloître qui n'en est plus un. Un trésor célèbre dans le monde entier. Divinement bien présenté et mettant en scène sa pièce maîtresse : la Majesté d'Or de Sainte Foy (que je vous réserve dans l'article à venir) et de multiples et luxuriants châsses et reliquaires. Conques, à voir absolument, à vivre et surtout à ressentir !

Publié dans Et la culture bordel !

Commenter cet article

Henri-Pierre 12/11/2006 22:28

Oh jim, que je te suis reconnaissant de mentionner Conques pour ce que cela représente et surtout pour cette idole barbare surgie du fond des temps, cette icône étincelante incrustée de pierres, intailles et cabochons.Cette déesse-Vierge qui fait le pont entre les temps païens et la spiritualité chrétienne.Sainte Foy assure en terre chrétienne la continuité des temps d'avant.

Jim 13/11/2006 08:23

UN connaisseur !